Les nouveaux outils audiovisuels des universités (partie 1)

Entreprise / Education, Univers // jeudi, 26 octobre 2017 // Rédigé par Pierre-Antoine Taufour

Après la vague des Mooc et de l’e-learning, les enseignements en mode « présentiel » font l’objet d’un regain d’intérêt grâce au renfort d’outils interactifs et collaboratifs dans le cadre des Learning Labs. Pour les alimenter en séquences vidéo, les outils de captation se développent dans de multiples configurations ; les plates-formes de diffusion et de VOS étendent leurs fonctionnalités. C’est pourquoi, à l’occasion de la rentrée scolaire, le magazine papier Sonovision a souhaité donner un coup de projecteur sur l’usage de l’audiovisuel dans les universités en lui consacrant un dossier complet que nous publions ici même, sur notre site web, en plusieurs parties. Cette première partie sera suivie de trois autres : « De l’amphithéâtre au Learning Lab » ; « Les outils pour enregistrer les cours » et « Des accès multiples pour les services de VOD universitaires ».*

 

L’enseignement supérieur public en France est organisé autour de 70 universités, sans compter les grandes écoles et autres instituts spécialisés. Depuis la loi Edgar Faure de novembre 1968, amendée à de nombreuses reprises par la suite, elles jouissent d’une relative autonomie pour s’organiser et s’associer selon des critères pédagogiques ou géographiques.

Leurs activités audiovisuelles sont organisées depuis de nombreuses années autour de services transversaux, à part le cas des départements ou UFR chargés de la formation à l’audiovisuel. Leurs activités et leurs tailles sont à l’image de la diversité des universités avec, selon les situations, des services conséquents de plusieurs dizaines de personnes gérant des parcs d’équipements importants, et d’autres avec une activité plus réduite, en fonction du soutien de l’institution et de l’engagement des responsables.

 

L’audiovisuel se fond dans les TICE

Avec le passage au numérique, la généralisation d’Internet et l’émergence de nouveaux modes de communication, ces services audiovisuels se retrouvent à la croisée des chemins, entre les services informatiques et les équipes pédagogiques en charge des « TICE ». Ce sigle, très répandu dans le monde de l’éducation, signifie : Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement.

Dans certaines universités, le service audiovisuel reste centré sur la production et la diffusion de contenus d’images et de sons dans les modes d’écriture et d’expression classiques. Dans d’autres cas, le service s’est ouvert aux contenus multimédias et accueille les spécialistes des TICE, qui deviennent un département intégré à l’audiovisuel.

À l’inverse, en d’autres situations, ce sont les TICE qui sont devenus prédominants, l’audiovisuel n’étant plus qu’une composante de toute la palette des outils numériques pour transmettre un savoir. Toutes ces variations se combinent ensuite, avec ou sans intégration, à la DSI (Direction des services informatiques) de l’université, exprimée souvent sous le sigle des services numériques.

Le développement de l’enseignement à distance (e-learning) et l’organisation de formation en ligne sous forme de Mooc (Massive open online course) ont ajouté une nouvelle couche à ce millefeuille organisationnel. Il en découle une floraison de sigles, de services et de départements parmi lesquels il n’est pas toujours aisé de repérer qui fait quoi et avec qui. Pour faciliter les échanges de contenus avec les professeurs et le suivi de la scolarité des étudiants, toutes les universités ont mis en place des ENT (Espace numérique de travail).

Ces outils, même s’ils ne sont pas à proprement parler des vecteurs de contenus audiovisuels, fonctionnent de concert avec des outils dédiés à la diffusion ou à la création de contenus multimédias, entre autres pour l’authentification et la gestion des échanges.

 

Une multitude de sites d’information

Au niveau national, on retrouve cette diversité d’organismes et de plates-formes d’information, souvent à spectre large, mais qui couvrent le champ des TICE, de l’audiovisuel et du numérique. Le ministère de l’Enseignement supérieur a mis en place un site d’information intitulé Sup-Numérique qui relate les expériences et services pédagogiques basés sur le numérique et les TICE.

Esup-portail est un consortium fondé par cinq universités au départ, et qui regroupe aujourd’hui 70 établissements. Il promeut les outils open source pour la gestion des ENT et offre un annuaire d’applications, entre autres POD, plate-forme de diffusion vidéo, évoqué dans la partie diffusion de ce dossier.

Dans le domaine de l’enseignement à distance, FUN-Mooc (« FUN » pour France Universités Numériques) recense l’ensemble des cours à distance mis en ligne par les universités et établissements d’enseignement français. Les universités numériques thématiques (au nombre de huit, axées chacune sur les grands domaines de connaissances) ont pour objectif de produire des ressources pédagogiques de qualité et de les mutualiser, afin de favoriser le développement des TICE.

Enfin, il faut également citer les activités et le site d’information de l’ANSTIA (Association nationale des services TICE et audiovisuels de l’enseignement supérieur). Elle diffuse, à travers son blog et son forum, divers contenus et informations autour des TICE et de l’audiovisuel.

 

* Extrait de notre dossier paru pour la première fois dans Sonovision #8, p. 14-21Abonnez-vous au magazine Sonovision (1 an • 4 numéros + 1 hors-série) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.

 

btn webtv

Inscription newsletter

Dossier à la une

Dernières news / coups de coeur


LivreVR 300x300 A

SONOVISION PREMIUM PARTNERS

Pas d'éléments trouvés.
Retour en haut de page
Copyright 2011-2017 Génération Numérique. Tous droits réservés sitemap