KUDO, traduction simultanée pour les conférences en ligne

Entreprise / Education, Technique // mercredi, 14 novembre 2018 // Rédigé par Emma Mahoudeau Deleva

« KUDO, en albanais, signifie “où on veut et quand on veut”. C’est un terme qui sonne bien et se retient facilement. En anglais, KUDO sonne comme un travail bien fait », sourit Fardad Zabetian, PDG et fondateur de KUDO. F. Zabetian a lancé cette nouvelle société en novembre 2016, avec la volonté d’innover grâce à un service de traduction simultanée pour les conférences en ligne, afin de surmonter les difficultés liées aux différences linguistiques dans les communications internationales.

 

KUDO est la troisième société créée par l’homme d’affaires, après Media Vision, une entreprise qui, depuis 16 ans, s’est forgé une solide réputation dans le marché des solutions professionnelles de conférence destinées aux salles de réunion polyvalentes, salles de visioconférence, centres de formation, salles de conseil et auditoriums et opère en Amérique du Nord et aux États-Unis. En 2012, la société s’occupe de l’aménagement des salles de réunion des Nations Unies, notamment de celle de l’Assemblée générale située à New York. Suivront ensuite des missions pour des institutions européennes, notamment le Conseil de l’Europe ou le Sénat en France.

Via son autre compagnie, Conference Rental, Fardad Zabetian propose la location de solutions traditionnelles de conférence et d’interprétation simultanée pour des congrès à travers le monde. Ce dernier cofonde, en 2016, AVAtronics, une start-up suisse spécialisée dans la réduction du bruit ambiant dans les appareils électroniques grand public équipés de micros et de haut-parleurs.

L’homme d’affaires s’allie avec Ewandro Magalhaes, un ancien chef interprète aux Nations Unis riche de 26 années d’expérience, et Parham Akhavan, un informaticien spécialiste du cloud. KUDO est basée à New York, l’équipe de développement-produit en Californie, à Montréal et au Népal.

La solution proposée par KUDO combine les expertises des trois personnalités et s’appuie sur la fiabilité des prestations proposées depuis 20 ans par Fardad Zabetian, notamment la confiance acquise par ses clients et notamment les grandes institutions.

 

« Nous n’avons pas le droit à l’échec », lance le fondateur de KUDO. Avec son équipe d’une dizaine de personnes, il développe cette solution de traduction simultanée en ligne afin de permettre à ses clients de pouvoir, munis de leur ordinateur ou de leur smartphone, assister à une réunion où qu’elle soit dans le monde. Seule condition pour que KUDO fonctionne avec accès à une connexion Internet (350 Ko/s pour un ordinateur).

« Si le débit est faible, nous privilégierons toujours l’audio, car comprendre est essentiel dans ces réunions, reprend Fardad Zabetian. La participation à distance à des réunions permet aux décideurs et dirigeants d’avoir un confort pour organiser leur emploi du temps. Ils peuvent ainsi basculer d’une réunion à l’autre sans bouger. C’est un gain de temps et donc d’argent important », ajoute-t-il.

En outre, KUDO permet de limiter les déplacements et de réduire l’empreinte carbone, une manière de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, « malgré le retrait des États-Unis des Accords de Paris », acquiesce le PDG.

 

Concrètement, l’utilisateur peut se connecter soit via un login et un mot de passe, soit grâce à un lien (invitation). Il a alors accès à plusieurs langues et peut aussi, sur la même interface, consulter et télécharger des documents partagés pour tous les participants, répondre à des sondages. Une caméra filme les intervenants et l’image est envoyée par stream via la solution KUDO aux participants, en passant par le cloud, via une technologie 100 % native, dite de « point à point » (pear to pear). Le son est traduit avec un temps de latence inférieur à 200 millisecondes, permettant un suivi et une participation fluide des participants. Plusieurs serveurs, en Europe, aux USA, permettent le trafic des flux. La prochaine étape est de s’établir en Chine avec cette fois un serveur dédié totalement indépendant.

Deux modèles économiques de KUDO ont été mis en place : une prestation à la journée pour des événements en direct, ou sous forme d’un abonnement à l’heure, au mois, à l’année… Le nombre de langues et le coût des prestations dépendront des besoins des clients. « Le tarif le plus cher est l’achat d’une heure : 400 $. Le prix baisse en fonction du nombre d’heures », explique le PDG.

 

La version 2 de KUDO a été dévoilée en mai dernier et actuellement tourne la 2.4. Le nombre de langues traduites est modulable ; une expérience a été menée avec 33 traductions simultanées.

Fardad Zabetian fait partie du comité technique de travail ISO pour la définition des nouvelles normes et standards pour les technologies d’interprétation, y compris pour la traduction simultanée dans le cloud. Il souhaite signer des partenariats avec des prestataires de services linguistiques afin de développer le nombre de Studios KUDO pour accueillir les interprètes travaillant sur la plate-forme dans les meilleures conditions.

Côté règlement européen (GRPD), la société est un intermédiaire entre deux clients et ne stocke pas de data. En outre, celle-ci a développé quatre niveaux de sécurité afin de contrer toute cyber-attaque.    

 

 

KUDO Global Stage, un partage de passions

Tous les 15 jours, KUDO organise des sessions en direct avec des experts en cyber-criminalité, des coachs bien-être, des spécialistes en environnement, etc. Après le docteur Franz Baumann, spécialiste du climat, le 18 octobre, la conférence en ligne accueille Bruce Kasanoff et Amy Blaschka, deux experts en développement personnel. Pendant une heure, ils seront en direct et 1 000 personnes pourront suivre leur intervention, traduite en huit langues.

 

 

Article paru pour la première fois dans Sonovision #13, p.54/56. Abonnez-vous à Sonovision (4 numéros/an + 1 Hors-Série) pour accéder à nos articles dans leur totalité dès la sortie du magazine.

btn webtv

Dossier à la une

  • © DR

    Vidéoprojecteurs – Choisir la bonne technologie (partie II)

    jeudi, 13 décembre 2018 // Rédigé par Antoine Gruber
    Après avoir porté notre attention surle choix de l’écran (partie I), nous nous intéressons ici aux deux technologies principales que sont les transducteurs LCD et DLP, ainsi qu’à l’offre en matière d’éclairage, de résolutions et de formats. Les vidéoprojecteurs utilisent aujourd’hui deux technologies...

Dernières news / coups de coeur


LivreVR 300x300 A

SONOVISION PREMIUM PARTNERS

Pas d'éléments trouvés.
Retour en haut de page
Copyright 2011-2018 Génération Numérique. Tous droits réservés sitemap