Dossier : Production et Diffusion Live légère

Produits, Technique, Traitement, Distribution // jeudi, 12 octobre 2017 // Rédigé par Loïc Gagnant

Vous souhaitez faire partager à un public large vos événements, bienvenue dans le monde de la diffusion Live de vos productions, bienvenue dans l’univers du streaming en perpétuel mouvement de démocratisation. Oui mais, produire à partir de quoi ? Et pour quel coût ? Votre car régie 4K 12 tonnes, bien entendu, ou votre smartphone. Entre les deux, les solutions sont pléthoriques. C’est tellement vrai que nous n’aurons pas la prétention de faire un « topo » ou un « résumé » de la situation, mais plutôt de vous proposer une introduction dans ce monde passionnant. Vous êtes prêt ? Allons y en commençant par la fin, la diffusion, avant d’aborder les principales sociétés spécialisées dans la fourniture d’offres de webcasting, l’offre de Livestream faisant l’objet d’un article à part.*

 

Commencer par la diffusion nous semble indispensable pour comprendre les autres étapes. La vidéo que vous allez produire pour votre événement devra être encodée dans un format adapté à la diffusion et intégrée à un protocole réseau : le RTMP.

Arrêtons-nous sur ce sigle barbare : « RTMP » signifie Real Time Messaging Protocol ; c’est un protocole réseau propriétaire développé par Adobe Systems pour la diffusion de flux de données (audio, vidéo et autre) en streaming. En 2009, Adobe a publié les spécifications de ce protocole, une date pas si lointaine !

Donc vos outils de diffusion (par exemple, YouTube Live) vous fourniront une adresse web (URL) RTMP, adresse débutant par rtmp://…, ainsi qu’une clé de codage pour sécuriser votre canal de diffusion (ces paramètres se trouvent dans l’onglet configuration de l’encodeur pour YouTube). Si vous êtes adepte de la simplicité maximum, YouTube Live vous permet de vous passer de logiciel d’encodage. Il vous suffira de créer un événement en direct en laissant le type sur rapide ; YouTube Live utilisera alors votre webcam sans aucune configuration de votre part.

 

Facebook Live, une autre partie de la révolution du Live. La simplicité est la première option, puisqu’il vous suffit d’un ou deux clics pour proposer directement une diffusion Live depuis votre smartphone ou votre ordinateur ; avec la possibilité d’interagir via messages avec vos « viewers ». On pourra cependant toujours passer par un encodeur externe ; les informations de configuration de ce dernier (adresse RTMP et clé du flux) étant accessibles dans l’onglet appareil externe (après avoir cliqué sur vidéo en direct).

Sur votre application mobile, il suffit encore plus simplement de cliquer sur « votre story » pour accéder à l’interface de Live et utiliser la caméra de votre appareil. La durée maximum d’un Live Facebook est de quatre heures.

 

Pour ne pas se faire distancer, Twitter a intégré la fonctionnalité Live en fin 2016. Twitch est une autre application de streaming, avec une cible précise et très vaste : les gamers. Des fonctionnalités ont été adaptées à la capture vidéo de l’écran informatique (pendant une partie endiablée de League of Legends) simultanément à l’intégration de votre vidéo.

Periscope, bien entendu, permet une diffusion vidéo Live ; c’est même la raison d’être de cette application pour iOS et Android. L’application est née d’une frustration, celle ressentie par Kayvon Beykpour à l’occasion du mouvement protestataire de 2013 au parc Gezi d’Istanbul. En se connectant à Twitter, il ne pouvait (à l’époque) n’accéder qu’à des informations textuelles. Il s’en est suivi, en février 2014, la création de l’application Périscope (sous le nom initial Bounty) avec Joe Bernstein. Et en 2015, son acquisition par Twitter pour un montant compris entre 50 et 100 millions de dollars américains.

Avant l’arrivée de ces géants du streaming, des sociétés s’étaient spécialisées dans la fourniture d’offres de webcasting. Elles se nomment Livestream**, IBM Cloud Video (anciennement Ustream), et Wowza parmi les plus importantes.

Ces trois plates-formes de diffusion en direct sur Internet proposent des offres payantes, et pour Livestream des solutions logicielles et/ou hardware de réalisation multicaméra. Les options tarifaires dépendent des choix éditoriaux et techniques (gestion de la publicité, VOD, enregistrement de flux, analyses…) et sont déclinées en tarifs mensuels ; certaines plates-formes permettant un paiement à l’événement en complément d’un forfait. Les tarifs s’échelonnent de 42 à 800 dollars mensuels pour Livestream, de 99 à 999 dollars pour IBM Cloud Video.

 

Encodage, réalisation multicaméra et habillage

Lorsque l’on souhaite aller plus loin qu’une simple webcam, comme précisé au début de l’article, il faut encoder le signal vidéo issu de votre source vidéo (de la caméra pro jusqu’à la régie multicaméra). Plusieurs options sont proposées. Il existe des encodeurs hardware et des encodeurs logiciels, avec des versions gratuites. Cette fonctionnalité d’encodage pouvant également être intégrée aux outils de réalisation multicaméra et d’habillage, nous y reviendrons.

 

Les logiciels d’encodage gratuits ou à faible coût

XSplit (Windows uniquement) propose deux versions de son logiciel, XSplit Broadcaster et XSplit Gamecaster dédié aux jeux vidéo. Pour la version Broadcaster, XSplit propose une version personnelle gratuite et une version commerciale (de 4,17 à 8,32 dollars mensuels). En plus de l’encodage, vous disposez de fonctionnalités évoluées comme le chroma key (incrustation fond vert).

FFSplit est un outil gratuit disponible sur Windows uniquement, qui présente l’avantage d’être peu gourmand en ressources matérielles ; il permet la capture et l’enregistrement de votre écran d’ordinateur et de votre webcam.

Open Broadcaster, disponible pour Mac, PC et Linux est entièrement gratuit. Il permet l’enregistrement et le streaming de différents flux et médias, et cela depuis une carte d’acquisition, une webcam, un flux VLC et même la capture de votre écran d’ordinateur.

 

Telestream Wirecast

Telestream est un éditeur et constructeur américain spécialiste des solutions de capture, d’encodage, et de transcodage. La marque est réputée parmi les professionnels du broadcast. L’offre que la marque nous propose pour le streaming se nomme Wirecast et se décline en version normale, en version pro et en version mobile sous le nom Wirecast Go (avec la possibilité de diffuser directement sur YouTube ou sur votre propre serveur RTMP). Offerte contre le déboursement de 495 dollars, l’application Wirecast Studio 7 est développée pour Mac et PC. Elle permet l’acquisition d’un nombre illimité d’entrées (caméras, caméras iOS, captures d’écran).

Wirecast permet un encodage multiformat et la diffusion Live jusqu’au format 1080p via un encodage flash et mainconcept H264 et X264, WMV ou MJpeg. Un streaming peut être préparé pour plusieurs destinations, dont 30 destinations intégrées, ou votre propre configuration de destination RTMP : Facebook Live, YouTube Live, Twitch, Microsoft Azure, DaCast, Churchstreaming.tv, Wowza.

Les fonctionnalités de qualité professionnelle proposées sont nombreuses et peuvent être étendues via des plug-in : captures d’écran à distance (remote desktop), ajout de délais temporels aux différentes sources (pour compenser les différences), préparation de playlists. On peut aller jusqu’à préparer des playlists, même pour des diffusions Live, en choisissant et modifiant la durée de chaque plan (chaque caméra ou chaque média vidéo diffusés). Véritable régie, Wirecast permet la commutation Live des flux avec ou sans effets, l’intégration de titres animés et d’animations infographiques, ainsi que la préparation de transitions.

La version Wirecast Pro 7 étend encore les fonctionnalités avec le support de caméras IP, l’incrustation en chroma key (fond vert ou fond bleu), l’utilisation de studios virtuels en 3D, la préparation de panneaux de score (pour le sport), l’enregistrement parallèle du flux vidéo diffusé en Live (enregistrement ISO), la rediffusion instantanée, le support des entrées HDV, l’entrée de flux vidéo web.

Dans les dernières versions de Wirecast, le support du protocole NDI a été ajouté. NDI est une norme libre de droit permettant d’échanger des sources vidéo sur tout système intégrant la technologie. Avec Wirecast, on peut (dans la version pro) envoyer la sortie du programme préparé vers un « flux » NDI. On pourra alors, à partir d’un simple player, par exemple VLC via un plug-in, diffuser le flux préparé par l’intermédiaire de Wirecast sur un écran. C’est parfait pour la préparation d’un streaming Live pendant lequel vous avez souvent besoin de pouvoir diffuser l’événement sur le lieu de captation (autre salle ou écran géant). On pourra également préparer un flux NDI via un premier Wirecast qui sera utilisé en source dans un second Wirecast (les entrées NDI sont également possible) ; je vous laisse imaginer les applications !

Des plug-in sont également disponibles pour les applications Adobe Creative Cloud, permettant par exemple d’utiliser le résultat de l’application Character Animator qui vous permet d’animer automatiquement et en temps réel un personnage virtuel via vos mouvements de visage (comme l’illustre la marque sur sa vidéo de présentation de l’application), ou plus simplement de diffuser la sortie d’Adobe Premiere ou Adobe After Effects.

 

Hardware de la série Wirecast

Fort de la qualité de son offre logicielle, Telestream propose des solutions matérielles sur base PC sous Windows en châssis rackable ou set-top boxes. Ces stations offrent quatre entrées physiques HDMI ou SDI auxquelles vous pouvez ajouter des sources additionnelles : caméras IP, écrans d’ordinateurs, vidéos et images fixes.

Les tarifs des trois versions du Wirecast Gear (110, 210 et 220) s’échelonnent de 5 000 à 8 000 dollars. Les différences étant le type d’entrées (HDMI ou SDI), la taille du stockage et le type du logiciel de titrage et d’animation graphique (NewBlue Titler).

 

L’offre d’IBM Cloud Video

Anciennement Ustream, IBM Cloud Video est le concurrent direct de Livestream** et propose donc logiquement une offre approchante.

 

Application mobile

Disponible pour iPhone, iPad et Android, cette application permet de diffuser sur Ustream via les réseaux 3G, 4G/LTE ou wifi.

 

Web Broadcaster

Ustream propose une application web pour diffuser directement sur sa plate-forme via une webcam, avec la possibilité d’interagir avec ses spectateurs grâce à l’intégration directe de Facebook et de Twitter, et la possibilité d’enregistrer les flux produits pour la préparation de la VOD.

 

Ustream Producer

Le logiciel est décliné en deux versions et une version bridée. Il permet une réalisation multicaméra professionnelle à partir d’un Mac ou d’un PC et un streaming HD 1080p.

La version Producer Studio (299 dollars) permet le mélange multicaméra, l’incrustation fond vert (ou bleu) avec studio virtuel, l’enregistrement sur Ustream et sur votre ordinateur, l’ajout d’habillages graphiques, de vidéos et de musiques, l’insertion de « feed » twitter, la préparation de playlists et la capture d’écran.

La version Pro ajoute la rediffusion instantanée (instant replay), des fonctionnalités audio évoluées et un panneau d’affichage de scores (tarif : 549 dollars).

Pour le matériel, Ustream a choisi de certifier différents constructeurs plutôt que de développer ses propres solutions de mélangeurs multicaméra ou d’encodage hardware.

 

Autres solutions matérielles

Boîtier d’aquisition streaming compact. Teradek propose le VidiU, une solution qui ressemble physiquement et au niveau des caractéristiques au Broadcaster de Livestream (tarif : 699 dollars). Deux solutions plus haut de gamme, le Cube (à partir de 1 090 dollars) et le Bond (à partir de 2 490 dollars) sont proposées ; elles offrent une construction plus qualitative et des débits augmentés (jusqu’à 15 Mbits/s pour le Cube). Une version 360 ° est également disponible, acceptant des rigs jusqu’à huit caméras !

Teradek propose également une application iOS (iPad et iPhone), Live : Air iOS Video Production Suite. Vous pouvez commuter entre les différentes caméras connectées à des VidiU ou autres encodeurs Teradek, et des iPhones ou iPad utilisant l’application Live:Air Remote. Vous pouvez enrichir votre programme avec des graphiques et des vidéos préenregistrées et diffuser en Live votre réalisation sur les plates-formes habituelles.

 

Encodeur Matrox Monarch H.264. Matrox propose une série d’encodeurs simples d’utilisation pour le streaming et l’enregistrement sur carte mémoire, avec entrée en HDMI ou SDI.

« Rack » d’encodage AWS Elemental Live. Ce rack propose l’encodage vidéo et audio Live en temps réel, notamment pour le streaming.

 

Régie multicaméra Newtek Tricaster. Les produits tricaster de Newtek sont des régies multicaméra intégrées puissantes. Peut-être plus connus que les autres produits présentés dans ces lignes, nous nous contenterons de préciser ici que des fonctionnalités de streaming y sont nativement présentes, notamment l’intégration directe à Ustream.

 

Les caméras

En commençant par la fin, nous avons déjà balayé une partie des possibilités. Les caméras professionnelles que vous utilisez quotidiennement peuvent donc être utilisées via des cartes ou boîtiers d’acquisition ou les solutions hardwares présentées. Certaines caméras proposent également des fonctionnalités de streaming intégrées pour diffuser directement sur YouTube, Facebook ou Livestream par exemple, ou l’on pourra récupérer le flux streamé pour une autre utilisation, la diffusion se faisant généralement en wifi, en réseau via RJ45 ou un adaptateur 4G/LTE.

JVC propose même deux versions de sa caméra GY-HM200, la SP (pour sport) et la HW (« house of worship » ou « maison du culte » en français). Elle intègre les fonctionnalités de streaming et y ajoute la possibilité d’intégrer, via une application sur smartphone, des informations graphiques (par exemple le score pour le sport).

Sony propose également des modèles de caméras avec fonctionnalités de streaming, telles les PXW-X70, PXW-X200 et PXW-X500. Les configurations des solutions de streaming intégrées à la caméra peuvent présenter une alternative intéressante, mais restent cependant, pour l’instant, moins complètes que les solutions externes.

Pour l’anecdote, JVC avait déjà proposé, en 2002, une caméra offrant un enregistrement interne et une diffusion en streaming : la GY-DV300 et son boîtier de streaming le KA-DV300U (wireless web-streaming adapter kit) qui se positionnait sous la caméra (une sorte de pré-semelle).

 

Conclusion

Nous vous avions prévenu, nous ne pouvons ici qu’effleurer les possibilités proposées pour la production légère et la diffusion Live sur Internet. Nous avons volontairement passé sous silence l’offre de Blackmagic à ce sujet, et notamment le Television Studio HD et le Web Presenter***, deux outils qui doivent être sérieusement étudiés au moment de vos choix matériels.

 

* Extrait de notre article « La production et la diffusion Live légère » paru pour la première fois dans Sonovision #8, p. 34-37. Abonnez-vous au magazine Sonovision (1 an • 4 numéros + 1 hors-série) pour accéder, dès leur sortie, à nos articles dans leur intégralité.

** La seconde partie de cet article axée sur l’offre Livestream sera publiée prochainement

*** Lire notre article « Le Web Presenter de Blackmagic »

btn webtv

Inscription newsletter

Dossier à la une

  • Au sous-sol du Fifa Museum, un spectacle à 180 ° retrace les grands moments des finales du Mondial de football. © DR

    Les musées du sport ne prennent plus la poussière

    jeudi, 14 septembre 2017 // Rédigé par Bernard Poiseuil
    Longtemps considérés comme des mouroirs d’objets précieux ou insolites, les musées du sport se réinventent en impliquant les visiteurs dans leur découverte, grâce à la médiation technologique. * Depuis le 28 février 2016, c’est tout l’univers du ballon rond et de sa place dans les sociétés modernes qui s’expose au...

Dernières news / coups de coeur


LivreVR 300x300 A

SONOVISION PREMIUM PARTNERS

Pas d'éléments trouvés.
Retour en haut de page
Copyright 2011-2017 Génération Numérique. Tous droits réservés sitemap