Les systèmes KVM, outils indispensables de la production vidéo (partie 2)

Technique // jeudi, 04 mai 2017 // Rédigé par Pierre-Antoine Taufour

Nous poursuivons notre article relatif aux systèmes KVM en nous intéressant plus particulièrement aux outils destinés au broadcast et leur évolution vers l’IP.*

 

Une troisième série de constructeurs intervient sur ce marché en offrant une très large gamme de produits allant de l’extendeur point à point jusqu’à des matrices à très grande capacité. Black Box est spécialisé dans la fourniture d’équipements et d’accessoires pour les réseaux et les salles informatiques. Il propose, dans son énorme catalogue, toute une gamme d’outils KVM, en particulier des matrices compactes et modulaires, dont l’architecture et le dimensionnement sont très proches de l’offre d’IHSE, décrite ci-après.

IHSE est un constructeur allemand spécialisé depuis plus de 30 ans dans la conception de systèmes KVM. Ses produits, regroupés sous la gamme Draco, comprennent des liaisons point à point, couvrant toute la gamme des signaux images informatiques et vidéo, des matrices compactes Draco Tera Compact et des matrices modulaires Draco Tera Enterprise. Selon les versions, les extenders sont construits sous forme modulaire permettant de les adapter à toutes les situations particulières. Grâce à ce mode de construction, il est aisé de les regrouper en châssis 1U ou 3U lorsque de nombreuses unités centrales sont regroupées dans un nodal.

La gamme Draco Tera Compact regroupe les matrices compactes avec une capacité allant de 8 à 80 ports, configurées sur mesure lors de la fabrication. Elle est proposée pour deux types de liaisons : catX pour une longueur maximale de 140 mètres, ou fibres optiques jusqu’à 10 kilomètres en mono mode. Des versions mixtes sont également disponibles. La gamme Draco Tera Enterprise est entièrement modulaire avec un châssis allant de 3U pour 48 ports jusqu’à 25U pour 576 ports.

Selon les besoins et les modes de câblage, elle associe des cartes d’E/S, au choix en paires torsadées, fibre optique ou câbles SDI via des modules GBIC ou SFP. À propos du SDI, il faut noter que certains extenders IHSE peuvent recevoir des modules de conversion SDI pour insérer directement ce type de signaux dans le système KVM. Les extenders IHSE supportent les signaux UHD 4K@60 Hz. Il est possible d’associer les matrices Draco Tera dans des architectures maillées de type « grid » pour offrir soit des liaisons de redondantes ou coupler leurs capacités.

Les matrices sont fournies avec une couche logicielle permettant leur configuration et leur exploitation. Elles sont pilotées via des raccourcis clavier, des pupitres dédiés et selon des scénarios. Des API sont disponibles pour les intégrer dans des logiciels d’automation ou de supervision. Dans le cadre d’un partenariat avec Avid, IHSE a conçu un module de pilotage de ses matrices directement depuis les commandes de la console ProTools S6. Les produits IHSE sont distribués en France par deux sociétés, Elecdan et Gentec.

Guntermann & Drunck (G & D) est un autre constructeur allemand, lui aussi spécialisé dans le domaine du KVM depuis une trentaine d’années. Son offre se décline avec la même hiérarchie composée de systèmes point-à-point, de switchers, de matrices compactes, la gamme ControlCenter Compact et de matrices modulaires sous le nom ControlCenter Digital. G & D a lancé récemment des modules d’extension avec connectique DisplayPort capables de transmettre des images 4K@60 Hz sur câbles CatX ou fibres optiques (jusqu’à une distance de 10 kilomètres), avec ou sans compression selon les modèles.

Les matrices sont équipées en interne de leur logiciel de pilotage. Lequel permet la création de scripts et s’interface avec les systèmes d’automation AMX, Crestron ou VSM. Les configurations internes s’échangent aussi avec d’autres applications sous forme de fichiers XML. Des fonctions de partage d’écrans ont été développées et une gestion multi-écrans de la souris fait basculer directement les commandes vers la machine où elle est active.

Pour élargir les capacités de ses matrices, G & D propose des liaisons inter-matrices. Elles servent à gérer une redondance des matrices ou à les organiser en cascade pour associer leurs capacités. Le logiciel de gestion est capable d’optimiser le cheminement des signaux une fois que l’on a défini de manière globale la source et la destination. Pour G & D, il est possible de répartir le système sur plusieurs matrices gérant leurs échanges à travers une architecture répartie en maillage (« grid ») ou de mettre en place une matrice unique de grosse capacité.

 

Les outils KVM évoluent vers l’IP

Mais l’évolution majeure annoncée par G & D lors du dernier IBC concerne le passage au transport IP pour les liaisons entre les émetteurs et les récepteurs. Cela implique l’utilisation d’un algorithme de compression que G & D exploite déjà au sein de ses matrices pour les liaisons dédiées. Cet algorithme propriétaire préserve la qualité des images et offre une latence très réduite.

G & D a optimisé l’usage de la bande passante et gère les priorités des flux sur le réseau. Il fonctionne au niveau du layer 3 et offre donc des possibilités de connexion à longue distance. Les outils KVM de G & D utilisant un transport IP seront disponibles courant 2017. Les produits KVM de Guntermann & Drunck sont commercialisés en France par Distrimedia.

D’autres constructeurs proposent également des systèmes KVM basés sur du transport en IP (Adder, Aten, Avocent, Black Box, Gefen, Opticis,…), mais parfois uniquement sur une partie du système. Les points importants à examiner concernent en priorité le temps de latence dû à la compression et au niveau de qualité des images transmises. Dans un environnement audiovisuel, ces critères sont primordiaux, car la qualité des images et des interfaces de commande doit être préservée et les actions des opérateurs ne souffrir d’aucun délai lors d’un enchaînement ou du déclenchement d’un événement en direct.  

 

* Article paru pour la première fois dans Sonovision #6, p.50-54. Abonnez-vous à Sonovision pour accéder à nos articles dans leur totalité dès la sortie du magazine.

La première partie de cet article est en ligne ici

btn webtv

Dossier à la une

  • Les caméras PTZ, outils adaptés aux plateaux de web TV © Nathalie Klimberg

    Les caméras PTZ, outils adaptés aux plateaux de web TV

    jeudi, 28 novembre 2019 // Rédigé par Pierre-Antoine Taufour
    La caméra est le premier élément de la chaîne de production d’une émission TV. Pour la captation d’un plateau en mode multicam, elle doit être pourvue de plusieurs fonctions spécifiques. Avec la miniaturisation des capteurs et l’intégration mécanique de l’objectif, les caméras de plateau d’entrée de gamme ont évolué vers...

Dernières news / coups de coeur

SV app

SONOVISION PREMIUM PARTNERS

Pas d'éléments trouvés.
Retour en haut de page
Copyright 2011-2019 Génération Numérique. Tous droits réservés sitemap