Avec le Lumix GH5, Panasonic franchit de nouvelles frontières en photo/vidéo

Produits, Image // lundi, 23 janvier 2017 // Rédigé par Elsa Sepulveda

Dévoilé ce mois, le Lumix GH5 est le premier appareil photo à repousser les limites de la photographie avec la 6K photo et, en vidéo, avec la 4K 60p/50p et l’enregistrement en 4:2:2 10 bits en interne en 4K 30p.

 

Ce nouvel hybride haut de gamme au standard Micro 4/3 pour photographes et vidéastes professionnels défie tous les préjugés à propos des capacités techniques d’un appareil photo hybride. Son nouveau capteur 4/3 Live MOS, dépourvu de filtre passe-bas, offre 25 % de pixels en plus que son petit frère, le GH4, passant de 16.05 à 20.3 mégapixels. Il est doté d’un nouveau processeur Venus Engine qui apporte une réelle amélioration pour délivrer des images au plus proche de la réalité.

Ainsi une analyse multipixels de la luminance 9 fois plus précise que sur le GH4 va apporter une netteté supérieure et une meilleure reproduction des détails. Chaque pixel est analysé afin de détecter si ce dernier est situé sur un aplat de couleur, sur un contour ou s’il s’agit d’un détail de l’image. La réduction du bruit avec ce nouveau processeur est également quatre fois plus performante que sur son prédécesseur.

Le Lumix GH5 intègre, par ailleurs, le système de double stabilisation (Dual IS 2) qui permet de supprimer efficacement tout flou de bougé tant en photo, qu’en vidéo, voire en 4K à main levée. Il embarque un autofocus avec technologie DFD (Depth From Defocus) de nouvelle génération qui calcule non seulement la distance avec le sujet en évaluant deux images avec des niveaux de netteté différents, mais analyse aussi la forme, la taille et le mouvement du sujet. Grâce à ce nouvel autofocus, l’appareil fait une mise au point en 0,05 seconde (avec l’optique H-ES12060) et photographie en rafale à 12 i/s avec AFS et 9 i/s avec AFC en obturation mécanique en pleine résolution, tout en conservant un bon niveau de précision sur les sujets en mouvements.

Si la zone de mise au point n’est pas exactement là où l’utilisateur l’aurait souhaité, durant la prise de vue, pas de panique. La fonction Post Focus (activation manuelle depuis le menu) permet à l’utilisateur de sélectionner plusieurs zones de mises au point après la prise de vue, ce qui est particulièrement appréciable en macro photographie. La fonction Focus Stacking, quant à elle, permet de fusionner plusieurs zones de mise au point différentes pour étendre la zone de netteté.

Avec la 6K Photo 30i/s et la 4K Photo 60i/s, les habitudes photographiques changent. La première fonction permet de capturer des moments très furtifs enregistrant une rafale photo ultra rapide de 30 i/s, puis d’extraire la photo de son choix. La seconde a été améliorée et propose dorénavant une rafale de 60 i/s avec une résolution de 8 mégapixels pour chaque image. Les deux possèdent trois modes afin de ne rater aucun moment : rafale 6K/4K, rafale 6K/4K (Start/Stop), pré-rafale 6K/4K.

Le Lumix GH5 exploite en outre le savoir-faire de Panasonic dans l’univers broadcast : multitude de formats, frame rate, fréquences, bitrate et sous échantillonnage en fonction des besoins vidéos ; slow motion jusqu’à 180 i/s et profils Cinelike D et V intégrés… Il intègre un viseur Oled ultra réactif de 3680K points avec un rapport de grossissement de 1,52x / 0,76x en 35mm et un contraste de 10 000:1, ainsi qu’un grand écran tactile 3,2 pouces de 1620K points. Enfin, il affiche une autonomie d’environ 1000 images (viseur réglé sur mode éco).

 

Le Lumix GH5 sera commercialisé à compter de fin mars. Prix indicatifs : boîtier nu : 1999€ ; GH5 + optique Leica 12-60 mm F2.8-4.0 : 2599€ ; module XLR : 399€ ; grip additionnel : 349€. Plusieurs mises à jour firmware gratuites seront proposées tout au long de l’année. 

Tags associés :
Lumix GH5 Panasonic

Inscription newsletter

btn webtv

Dossier à la une

  • Sur la place des Terreaux, Pixel n’Pepper va proposer Enoha fait son cinéma : le voyage d’une petite fille et de son chat dans l’histoire du 7e art. © Nathanaëlle Picot - Pixel n’Pepper

    Quand cinéma et mapping se rejoignent à la Fête des Lumières

    jeudi, 11 janvier 2018 // Rédigé par Gwenaël Cadoret
    Finis les chapelets d’effets spéciaux. De plus en plus de studios construisent leurs projets de mapping comme de véritables courts-métrages. Incarnation, effort sur la narration, tout est fait pour répondre aux attentes d’un public de plus en plus exigeant. Une « nouvelle vague » qui s’empare de la Fête des Lumières. Une...

Dernières news / coups de coeur


LivreVR 300x300 A

SONOVISION PREMIUM PARTNERS

Pas d'éléments trouvés.
Retour en haut de page
Copyright 2011-2018 Génération Numérique. Tous droits réservés sitemap