ISE 2018 – Vidéo : traitement, digital signage et transport

L’ISE est déjà derrière nous et voici toutes nos impressions et dernières actualités concernant le traitement vidéo, le digital signage et le transport vidéo...

 

Traitement Vidéo

TVOne nous propose désormais le Corio Master Mini, un processeur de mur d’image 4K. Celui-ci fonctionne avec le logiciel Corio Grapher qui permet de créer des compositions d’image et de gérer des transitions, un outil puissant pour des présentations à multi-fenêtres.

Analog Way lance sa gamme de lecteurs vidéo Picturall. Ce sont des plates-formes
 PC durcies sous Linux, en différentes versions, pouvant fournir jusqu’à 16 sorties et 
en résolution jusqu’à 8K. Des produits haut
 de gamme, genlockables, qui se couplent merveilleusement bien avec les processeurs d’images du constructeur français. De quoi créer des ensembles ultra-efficaces pour l’événementiel. Analog Way, qui compte aujourd’hui une centaine de personnes réparties entre son siège social d’Antony (France) et ses filiales d’Atlanta et Singapour, continue sa croissance mondiale et collectionne les « success stories » avec, notamment, l’installation de sa solution LiveCore pour la gestion d’un mur d’image 8K à Times Square ou encore le processing des images diffusées sur le site du Danube Arena de Budapest, cet été, lors des Championnats du monde de natation. Analog Way a, fin 2017, intégré Picturall, une société finlandaise qui fabrique avec succès des serveurs mutimédia sur la base d’une plate-forme logicielle Linux depuis une dizaine d’années. Cette acquisition permet de proposer une nouvelle gamme de serveurs média premium sous la référence Analog Way Picturall. La gamme, qui se compose de cinq produits, représente la seule offre du marché, développée 100 % sous linux. Cette particularité, couplée au savoir-faire d’Analog Way en matière de châssis, offre une robustesse et une fiabilité unique au monde. Les produits Picturall, répondant aux exigences des murs d’images Led d’installations fixes comme d’événements en direct, répondent ainsi aux situations les plus critiques avec une grande fiabilité. L’offre peut gérer une résolution d’images allant jusqu’à 8 K et plus, en non compressé, pour la version Picturall Uncompressed (8K-30P/10-bit). Cette solution haut de gamme, dotée d’une capacité de stockage de 1 000 GB SSD, offrira le confort d’une diffusion vidéo sans découpe de flux, qui sera très appréciée dans le cas d’exploitation d’images monumentales. Dotée de seize sorties 4K60, elle pourra également diffuser jusqu’à 24 ux Full HD en simultané. La solution d’entrée de gamme, Picturall Twin, est dotée de deux sorties vidéo 4K60 et peut quant à elle lire jusqu’à douze flux Full HD. Sa capacité de stockage est de 200 GB SSD.

Lindy poursuit son développement avec des produits de videowall avec entrées 4K, scaler intégré et proposant quatre sorties HDMI, référence 38161. Aussi à noter, des transmetteurs vidéo sur fibre optique avec adaptateur câble fibre monobloc. Ils existent en versions HDMI et DisplayPort.

Dataton, dont les systèmes de projection sont parmi les plus spectaculaires, présentait une solution de mapping d’image avec tracking en temps réel. Cette addition aux performances des processeurs Dataton permet de corriger une déformation d’image, en fonction des variations de position de la cible de projection. Par ailleurs, le constructeur ajoute à sa gamme de lecteur vidéo le Watchpack 20, qui fournit deux sorties vidéo en 4K.

Coretronic, la maison-mère d’Optoma, a annoncé sur l’ISE le rachat de la société Calibre (concurrent d’Analog Way) qui fabrique des scalers et des switchers. Le modèle haut de gamme, le HQUltra4000, est capable d’afficher quatre images UHD (soit une image 8 K) correspondant à une résolution de 8 192 x 4 320 avec un taux de rafraîchissement de 50 ou 60 Hz. Il est possible d’afficher une seule image 8K ou de diffuser quatre images différentes de 4K. Dans le cas où l’image de fond reprend l’image live (une personne filmée lors d’un discours et son image affichée en arrière plan) le délai est d’une seule image. Il est possible d’avoir jusqu’à sept couches : une image de fond UHD native et six images différentes (images remise à l’échelle ou image en PIP). Le temps de commutation entre sources est de 0,25 s.

Epiphan complète sa gamme d’enregistreur / streamer de contenu avec le Pearl 2, une version simplifiée du Pearl, avec moins d’entrées vidéo, mais avec un écran vidéo tactile de contrôle pour un mode opératoire tout-en-un, plus facilement transportable.

RTI, au-delà des produits d’automation, développe depuis plusieurs années des électroniques de commutation, d’amplification et met l’accent cette année sur des solutions de matrice HDBaeT et les extendeurs associés, y compris en platine murale pour connexion HDMI, typiquement utilisés en salles de réunion d’entreprise.

Elmo lance PX-30, un visualiseur en résolution 4K, avec sortie HDBaseT, et contrôle RS232 et IP. Un produit très complet au design totalement revisité.

Pour des conversions SDI ou HDMI vers USB 3.0, Magewell Digital Video propose une gamme de complète de produits en cartes PCI ou modules externes, pour Mac ou PC, dans toutes les résolutions, jusqu’au 4K.

AJA Helo est un module de streaming et enregistrement au format H.264 avec entrée en loop SDI et HDMI. Helo est contrôlé par une interface web. AJA présentait ses différents convertisseurs, enregisteurs. Le Io 4K plus
 est un boîtier d’acquisition en Thunderbolt 3 permettant de capturer des séquences 4K/ UHD en HDR, HDR (HDR10 et HLG) jusqu’à
 60 im/s avec une connectique en 12G SDI et HDMI 2.0. Il existe une version Io IP, prochainement disponible, compatible avec le SMPTE 2002-6/7 pour un transport sur IP. Le support SMPTE 2110 est prévu également. Le FS-HDR est un convertisseur et synchroniseur dédié au traitement des contenus haut de gamme en HDR. Ces contenus pourront servir lors de projections ou affichages sur des murs Led. Le FS-HDR est également un serveur quatre canaux HD – une solution efficace et pratique pour diffuser différentes sources lors d’un événementiel, le tout en HDR !

À l’origine, Roland, entreprise japonaise, était connu en tant que fabricant d’instruments 
de musique électronique avant de créer son département audiovisuel : Roland AV Pro. Les équipements de Roland ont la particularité de traiter simultanément, dans les mixeurs ou les commutateurs, l’audio et la vidéo. L’intérêt est qu’une seule personne peut gérer simultanément le son et l’image. Ces équipements s’adressent à des loueurs de matériel ou aux utilisateurs finaux qui possèdent des salles de réunion où l’on doit sélectionner des sources audio et vidéo simultanément lors de petites conventions (hôtels, écoles). Roland propose une gamme de nouveaux sélecteurs vidéo HD (V-1S-DI et XS-1HD) simples, performants, ergonomiques et économiques (à partir
 de 1 990 €) avec entrées SDI ou HDMI. Ils peuvent être utilisés pour faire du streaming, grâce à la gestion simultanée du son et de l’image et trois types d’effets (wipe, cut, fondu enchaîné). Ces équipements sont gérables à distance (Ipad, PC ou Mac).

Lilin, constructeur de système de vidéosurveillance propose une gamme de caméra 4K et un enregistreur multi-canaux acceptant jusqu’à 32 canaux en 4K à 15 images par seconde, mais pouvant faire huit canaux à 120 images par seconde, suivant les besoins.

 

En 2018, Atlona accentue sa stratégie AV-over-IP (diffusion audiovisuel via le réseau IP) en déployant sa plate-forme OmniStream sur trois segments de marché...


- OmniStream Pro : cette offre d’encodeurs/ décodeurs AV au temps de latence exceptionnel a été conçue pour les déploiements AV-over-IP commerciaux de moyenne à grande taille. Sa qualité d’image et sa redondance de réseau la destinent aux grandes salles de conférence ou de spectacle...

- OmniStream R-Type est une version simplifiée d’OmniStream Pro pour l’AV et le réseau de digital signage des bars, clubs, restaurants et hôtels... Sa capacité à utiliser l’infrastructure réseau existante simplifie les déploiements et permet des installations qui seraient parfois impossibles à envisager...

- OmniStream Audio a été conçue pour la prise en charge de Dante, AES67 et l’acheminement audio analogique dans les systèmes OmniStream Pro et R-type. Nouveauté annoncée sur l’ISE, AT-OMNI-238 est un pont audio IP-analogique qui fournit seize canaux de sorties audio ; il s’appaire avec des amplis multi-canaux.

Fort de tout cet écosystème, Atlona compte renforcer sa structure de diffusion OmniStream AV-over-IP avec, en soutien, un renforcement de sa gamme de services, y compris avec une certification et une formation IP et une offre de conception de systèmes...

 

Teos : un ensemble de solutions pour manager et optimiser les réunions

Logiciel inclassable car regroupant plusieurs fonctionnalités éparses, Teos de Sony est un cas à part. L’idée est d’utiliser le réseau sur lequel sont connectés des écrans, des projecteurs, et de fournir une supervision des appareils, présence, temps de fonctionnement, par exemple, mais également de gérer la réservation des salles de réunion. Quitte à être en connexion sur les écrans, il est aussi possible de gérer leur contenu, et Teos devient un CMS (Content Management System) donc un logiciel de digital signage. Teos n’est pas limité aux matériels de la marque ; même si ceux-ci sont nativement reconnus par le logiciel, toute autre marque est accessible sur demande. C’est une solution à découvrir, même si cela nécessite un effort de compréhension pour englober toutes les facettes de possibilités qui y sont offertes. Un visiteur arrive dans un accueil d’entreprise, il saisit son nom, celui de la personne qu’il visite, ce dernier reçoit un SMS et peut imprimer un badge (Teos Manage). Il existe une version de supervision du parc d’écran, de projecteurs. Cela sera intéressant pour administrer des écrans pour de l’affichage dynamique avec la possibilité d’afficher une télécommande en HTML. Pour le moment, il faut un serveur dans chaque point de vente, mais Sony travaille sur une version cloud. Le dispositif peut gérer la programmation du contenu. Pour le moment, le mode portrait 4K n’est pas géré ; il le sera prochainement. Teos Book est une version adaptée aux tablettes alimentées en POE, qui permet de faire de la réservation de salle. Les tablettes étant fixées à l’entrée des salles de réunion.

 

Digital signage

Exterity autorise désormais le mélange des genres sur ses players IPTV qui acceptent la diffusion de digital signage et pouvant passer d’un mode à l’autre. Exterity présentait aussi une nouvelle set top box référence 9405 à la résolution de sortie en 4K.

RMG, éditeur de logiciels anglais, propose dans son application de gestion de digital signage de gérer simultanément tous types d’afficheurs, du mur à Led, jusqu’aux écrans de smartphone. Un même contenu décliné suivant les tailles et les usages. En parallèle, RMG propose une fonction de digital signage spécifique pour créer un canal de communication d’entreprise vers les téléphones des collaborateurs. L’idée est de communiquer vers un groupe et de renforcer l’appartenance à ce groupe de travail. C’est une nouvelle façon de faire du digital signage, vers les collaborateurs.

Innes lance une nouvelle set top box avec sortie 4K. Celle-ci comporte un nouveau visualiseur, qui comprend un interpréteur embarqué, ce qui permet à la diffusion de charger les fichiers natifs, en PDF, ou autre PPTX par exemple, sans avoir à les transformer en mode image au préalable. Ce qui donne une plus grande souplesse et une plus grande rapidité de fonctionnement. Le logiciel de CMS PlugnCast a lui aussi évolué en conséquence.

Vivitek propose des solutions ingénieuses et économiques également dans le monde du digital signage avec une gamme de trois produits. En haut de la pyramide, le modèle NovoDS4K, compatible UHD et qui dispose de nombreuses entrées/sorties (HDMI E/S, Audio E/S, USB, RJ45 PoE, Micro SD...). Le modèle est également wi-fi. Le NovoDS reprend une grande partie de ces fonctionnalités, mais n’a pas de RJ 45. Enfin Novo DS Mini, une solution stand alone en Full HD (pas d’entrée vidéo, et audio et pas de wi-fi). Les solutions de digital signage sont livrées avec NovoDS Studio, un outil gratuit, sans de frais de licence et simple d’installation. Il permet de gérer les play-lists de diffusion, supporte de nombreux formats texte, audio, vidéo, Twitter, RSS, IP streaming...). L’utilisation est simple par drag et drop. Il est possible de synchroniser des contenus automatiquement depuis un FTP ou Dropbox. Compatibilité HTML5.

Proposant de simplifier la gestion de murs vidéo dans des environnements de plus en plus nombreux (digital signage, retail, centres de contrôle, data visualisation...), la société canadienne Userful propose Userful video Wall, une offre SaaS accessible à partir de n’importe quel appareil connecté... La solution logicielle orchestre des compositings d’images jusqu’à 100 écrans avec une résolution vidéo jusqu’à 8K. Grâce à sa centralisation dans le cloud, on pourra gérer un réseau d’écrans mondial à partir d’un point unique... L’agencement des compositions se fait simplement par « drap and drop » et les opérateurs enregistrent des modèles de mises en forme de murs vidéo qu’ils rappellent en un clic. Userful Video Wall, en mesure d’assurer un dispatch multisources, pourra par exemple intégrer des fichiers Powerpoint ou des flux Twitter dans le mur d’images. Les sessions seront contrôlées à partir de n’importe quel navigateur sur un ordinateur portable, un smartphone ou une tablette et les centres d’opérations pourront afficher autant de sessions de navigation que nécessaire en utilisant le même PC qui pilote le mur vidéo. Enfin, l’outil intègre un gestionnaire de programmation et une interface de diagnostic. Distribué par LCS en France, Userful Video Wall a notamment été adopté par l’aéroport de Toulouse et par le département social média de L’Oréal. L’achat du logiciel se fait sur la base d’une licence perpétuelle par écran avec un support et une mise à jour annuelle payante. Quatre niveaux de licences sont disponibles ; leurs prix s’échelonnent entre 299 et 849 dollars.

 

Navori développe des solutions de gestion
 de digital signage adoptées par 18 000 clients dans 105 pays... L’année passée, le constructeur suisse avait adapté sa solution de gestion d’affichage numérique aux environnements Android SoC (system-on-a-chip) que l’on retrouve sur les écrans Philips, Panasonic
 et Elo... Cette année, le pionnier du logiciel d’affichage numérique a introduit un player QL natif pour les écrans Samsung. Avec cette annonce 2018, Navori prend une longueur d’avance dans l’innovation, d’autant que sa solution est déjà certifiée mondialement pour les écrans intelligents Samsung Tizen.

En s’interfaçant avec le logiciel Tizen OS, Navori pourra délivrer un signal digital direct, sans installation hardware... Ce qui évitera les câblages et équipements tiers, et donc, réduira les risques de vol ou de vandalisme avec, en prime, une suppression des soucis d’installation de matériel...

Navori QL Player offrira aux plates-formes Samsung un moteur graphique propriétaire, une lecture de qualité broadcast, des templates avec plusieurs couches transparentes, un monitoring des lecteurs, des rapports de diffusion, et des mises à jour software automatiques...

 

Transport video

Le transport vidéo est toujours un chantier ouvert où la concurrence fait rage. Du côté 
du groupe HDBaseT, Valence  propose de nouvelles puces permettant d’augmenter un peu la distance de transmission et surtout en assurant un 4K 4:4:4 HDR, mais pour un surcoût non négligeable. Ce qui pousse Kramer à revenir vers une solution propriétaire DGKat 2.0, qui garantit 60 mètres en 4K60 (4:4:4) HDR, soit une longueur suffisante pour beaucoup d’applications. Voir ci-dessous les câbles Belden pour le transport HDBase-T.

Du côté des solutions de transport en IP, la situation est différente. Autant HDBaseT avait bénéficié, à son lancement, d’une situation où il n’y avait pas de bonnes solutions de transport sur une distance de plus de 15 mètres, le consortium SDVoE, lui, fait face à une offre concurrentielle pléthorique. La probabilité d’un format unique ou normalisé de transport sur IP est totalement illusoire. Non seulement pour la raison décrite ci-dessus, mais aussi, de par le fait que chaque solution met en avant des paramètres particuliers. Pour réduire le débit, on augmente les profondeur d’encodages, ce qui accentue le temps de retard (latence) due à l’encodage/décodage. D’autres font le choix de la rapidité de transport, au détriment de la bande passante nécessaire, qui oblige à utiliser des réseaux en 10 Gbit/s. Il ne faut donc pas voir le transport sur IP comme une solution unique, mais comme
une palette de solutions. L’installateur ou le bureau d’études choisira telle ou telle solution en fonction de critères de services rendus.

C’est typiquement la raison pour laquelle Harman, avec la gamme SVSI, propose en fait cinq niveaux de transport, mettant l’accent sur la qualité ou la réduction de débit, pour s’adapter à toutes les applications.

Crestron de son côté n’hésite pas à présenter des comparaisons SVSI/NVX et SDVoE/NVX pour mettre en avant les qualités de leur solution NVX, et au passage pointer les limites de leurs concurrents. Il est notable que les NVX avec un débit de 1 Gbit est qualitative et présente une latence très courte, équivalente à un HDBaseT. Crestron accompagne NVX du logiciel DM-XIO Director, qui permet la gestion d’un ensemble de module NVX sur un réseau. Ce logiciel permet une vue en matrice ou en routing simple ; il permet aussi de définir des domaines, des groupes d’entrées/sorties NVX travaillant ensemble, sans mélanger d’autres interfaces non concernées dans un groupe.

Les constructeurs du consortium SDVoE présentent pour leur part des solutions sur une base 10 Gbit/s à voir chez Christie, Sony et d’autres.

 

* Extrait de l’article « Compte-rendu ISE 2018 » paru pour la première fois dans Sonovision #11, p.32-58  Abonnez-vous à Sonovision (4 numéros/an + 1 Hors-Série) pour accéder, à nos articles dans leur totalité dès la sortie du magazine.

 

 

btn webtv

Dossier à la une

  • © DR

    Vidéoprojecteurs – Choisir la bonne technologie (partie II)

    jeudi, 13 décembre 2018 // Rédigé par Antoine Gruber
    Après avoir porté notre attention surle choix de l’écran (partie I), nous nous intéressons ici aux deux technologies principales que sont les transducteurs LCD et DLP, ainsi qu’à l’offre en matière d’éclairage, de résolutions et de formats. Les vidéoprojecteurs utilisent aujourd’hui deux technologies...

Dernières news / coups de coeur


LivreVR 300x300 A

SONOVISION PREMIUM PARTNERS

Pas d'éléments trouvés.
Retour en haut de page
Copyright 2011-2018 Génération Numérique. Tous droits réservés sitemap